jeudi 29 août 2013

LES MENSONGES DES JOURNALISTES MANIPULES PAR LES POLITIQUES

Journalistes ou politiciens, qui sont les pires criminels ? Qui sont les pires criminels ? Ces fous qui bombardent ou ceux qui véhiculent le mensonge cautionnant ces odieux bombardements ? Criminels, ils le sont tous, mais qui sont les pires ? Qui sont les pires criminels? Dans quelle position se retrouveraient nos dirigeants criminels qui veulent la guerre si on démontrait leur hypocrisie et surtout leurs mensonges ? Ils seraient dans une position insoutenable. La population serait massivement dans les rues pour dénoncer leur massacre envisagé. Si le quatrième pouvoir servait la Paix plutôt que ces fous de la guerre, ces politiciens véreux et criminels seraient désarmés malgré leur armement. On peut alors dire que les pires criminels sont ceux qui calment l’opinion publique et endorment les cerveaux. Les pires criminels sont ceux qui nous cachent délibérément la réalité. La réalité ! La réalité c’est qu’il n’y a absolument aucune preuve que le gouvernement de Bachar al-Assad ait utilisé des armes chimiques. Il est évident que l’utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien aurait entraîné cette attaque imminente contre son Pays. La réalité c’est que Bachar al-Assad et l’armée arabe syrienne défendent de leur mieux leurs concitoyens contre le terrorisme depuis près de trois ans. Le gouvernement Assad défend sa population et son Pays exactement comme la défendraient tous nos gouvernements contre un tel terrorisme. Nous pouvons tous, sans même avoir suivi le cours de stratégie 101, être conscients qu’une utilisation d’armes chimiques par le gouvernement syrien entrainerait un soulèvement international. Nous savons tous que l’emploi d’armes chimiques était la signature de l’arrêt de mort du gouvernement syrien. Bachar al-Assad et les stratèges syriens qui sont doués d’une intelligence au moins égal à la nôtre le savent tout autant que nous. On peut aussi dire avec certitude que ces gens ne sont pas ni des fous ni des suicidaires. Ils n’ont donc, de façon évidente, pas utilisé d’armes chimiques contre leur propre population. Une population d’ailleurs qu’ils défendent courageusement contre des fanatiques terroristes. Le terrorisme islamique est flagrant en Syrie et la lutte du gouvernement syrien pour le contrer est aussi une évidence qui crève les yeux. Le mensonge est toujours utilisé pour justifier (sic) la guerre. La réalité c’est qu’on se prépare à bombarder la Syrie en utilisant un autre odieux mensonge. Cette fois-ci on soutient «sans l’ombre d’un doute» (comme pour le mensonge irakien ou le mensonge koweïtien) que le gouvernement Assad a utilisé des armes chimiques. C’est, jusqu’à preuve irréfutable du contraire, un odieux mensonge. Nos journalistes criminels ne questionnent personne pour les pousser à démontrer clairement leurs fameuses preuves. Ils formulent leurs nouvelles comme si la démonstration de ces dites preuves avait été faite. Hier, la guerre a été retardée ! La réalité a été plus forte que la propagande. Hier on pensait nous jouer le grand coup médiatique de l’éprouvette. La grande scène n’a pas été jouée. Hier matin on annonçait qu’on allait présenter « la preuve » (sic) que Bachar el-Assad était le responsable de ladite attaque chimique. On disait avoir la preuve sur un enregistrement audio ! Une sorte de scénario à la Colin Powell à la veille du massacre irakien. Il nous avait montré théâtralement des preuves fictives. On se souvient de l’éprouvette spectaculaire, mais on a oublié le fameux message audio (à 40 sec. du début) comme quoi, on ne renouvelle pas beaucoup les méthodes. En 2003, tout ce cirque onusien et très médiatique n’était qu’un odieux tissu de mensonges. Nous le savons tous maintenant et, bien sûr, les hypocrites le savaient tous en 2003 au moment même des présentations médiatisées. La présentation du même type prévu hier n’a pas eu lieu. On ne l’a sans doute que reportée. Dans quelques jours, on va probablement nous servir ce genre de scène de la preuve. On peaufine sans doute le scénario. L’exhibition de la preuve (sic) se fait normalement dans une ambiance spectaculaire. Ensuite le bataillon médiatique prend la relève et nous sert le mensonge sur un plateau de convictions. Nos journalistes criminels se garderont bien de demander des précisions. Ils se garderont aussi de scruter trop à fond ces dites « preuves » (sic). Cette bande audio arabe présentée comme preuve sera probablement de mauvaise qualité. En plus, nous n’aurons qu’un court extrait et on nous dira que le reste est un secret d’État. Aucun journaliste n’insistera pour obtenir l’enregistrement complet et aucune expertise journalistique sérieuse de l’enregistrement ne sera faite. En plus, aucun journaliste ne soulignera que c’est un jeu d’enfant de falsifier des bandes audio. Rien n’est plus facile que de créer de toutes pièces un enregistrement audio par montage, mixage et par clonage du timbre de la voix (exemple de logiciels amateurs). Pourquoi donc nos journalistes criminels mettront-ils ainsi l’épaule à la roue pour nous faire avaler cette simili-preuve ridicule ? Mystère. En réalité il n’y a aucune preuve. Absolument aucune preuve n’existe concernant ces allégations calomniatrices contre ce gouvernement syrien qui lutte depuis près de trois ans contre de dangereux fous du «Allah Akbar». Des fous dont nous avons tous vu les agissements. Ces accusations mensongères d’utilisation de gaz ne servent qu’à justifier (sic) cette immonde invasion que l’on désire faire depuis que la destruction de la Libye a été complétée. Une invasion meurtrière et sanglante qui coutera des milliers de vies. L’OTAN se prépare à refaire couler comme en Libye, des rivières de sang. Du sang que nos criminels des médias nous cacheront. Ces fous qui, pour tuer, déploient leurs bombes ainsi que ces criminels journalistes qui nous présentent la tuerie comme un jeu anodin, devraient être jugés pour crime contre l’humanité parce que la guerre est un crime contre l’humanité. 13 réflexions au sujet de « Journalistes ou politiciens, qui sont les pires criminels ? » On ne dénoncera jamais suffisamment ces mensonges et cette grande hypocrisie dont sont capables nos dirigeants et nos journalistes. Hier, j’écoutais un bref extrait du reportage de Richard La tendresse, de TVA. D’abord un Obama reprenant les grands thèmes du rêve de Martin Luther King comme s’il en était l’incarnation. Puis un bref commentaire sur la Syrie, prenant pour acquis que le gouvernement syrien était le seul responsable de l’utilisation des armes chimiques. Il n’y avait aucun questionnement sur cette certitude de la part de nombreux pays et intervenants internationaux. Oliver Stone, ce grand cinéaste, lors d’une conférence qu’il donnait au Japon, a qualifié Obama de véritable serpent dont il fallait s’éloigner de nous dire et redire jusqu’à quel point nous sommes soumis à la manipulation et aux mensonges de nos dirigeants et journalistes. Il faut marteler la révolte contre ces deux pouvoirs alliés, afin de ronger lentement cette imposture historique. Chaque petit pas est une victoire. Et le projet est vaste, il en vaut la peine. Seuls les plus conscients de l’imposture verront ses chutes grandioses et pleines de leçons déjà contenues dans ces petits pas qui les auront amenées. Enfin, il est possible de changer le monde parce que le net nous y oblige structurellement. C’est ça le fait historique. les uns sont aussi terrible que les autres – seule la fonction à la porte de la prison sociétale varie d’un bouffon à L’autre. Rien à attendre des dieux de la peste déguisé en preux démagogues ou en pleutre larbins. Au sujet de ces armes chimiques, il y a certaines questions incontournables à se poser pour clarifier la situation : Situation: 1) La Syrie est au prise d’une guerre civile. 2) Le but visé par chacun des partis en confrontation dans une guerre, est de gagner cette guerre. 3) Pour gagner un guerre il faut tuer ses ennemis ou en éliminer la puissance. Donc à la question: Qui s’est servi des gaz toxiques et à qui cela profite-t-il? Il faut s’en poser une première qui devrait éliminer l’un des partis: Est-ce que les morts attribués à l’attaque des gaz toxiques a amélioré la position des combattants dans cette guerre civile, au niveau de l’élimination de combattants ennemis? La réponse est que le nombre d’ennemis qui furent tués est ridicule et n’a aucun impact sur le résultat de cette guerre. Deuxième question: Est-ce que le fait de se servir de gaz toxiques a améliorer la puissance de l’un des partis? La réponse est: Certainement pas celle du gouvernement syrien; mais assurément celle des « rebelles » qui comptent sur l’aide de l’occident . Donc toujours la même question de Cicéron: Cui bene? Et la réponse ici est : Les « rebelles » qui sont effectivement des « terrorismes » venus d’un peu partout. Il ne faut pas oublier d’autres qui profitent de ces attaques au gaz: Les USA, l’Angleterre et la France On nous martèle la tête avec ces » images horribles » de femmes et enfants, gazées au gaz sarin (surtout sur Cnn) alors que l’on vois une 12zaine d’adultes s’agiter et 2 enfants grimaçant, Observer celui de gauche qui dès que la caméra se pose sur lui , grimace, porte un mouchoir a la bouche, se retourne en laissant tomber les bras et regarde si il es toujours dans le champs de la caméra avant d’être poussè de coté par un adulte, qui s’agite a son tour…quelle piteuse comédie ! Cameron cherche a obtenir un vote de la chambre Britannique autorisant une action militaire contre la Syrie. Un opposant lui fait remarquer que le rapport des observateurs est a venir et que le vote en faveur précèderait une preuve quelconque nécessitant une intervention. Il insiste tout de même pour obtenir le vote !? Il apparait clair que les terroristes en Syrie perde du terrain et que tout comme cela c’est produit en Libye, quand les forces gouvernementales ont repoussées les rebelles de Misrata, la coalition internationale perd du terrain dans cette guerre sale et illégale. De là les tambours de guerres Le vote est donné et la réponse est: NON! Je crois que c’est plus une question de morcellement de la responsabilité. Comme le démontre l’expérience de Milgram, chacun trouve le moyen de rationaliser le crime auquel il participe en se disant que la responsabilité repose sur »L’autorité » qui commande le crime et que lui ne fait que son travail. Là est l’erreur, c’est là qu’est le mensonge. Dans votre vie, il n’existe qu’une seule autorité légitime : VOUS. Le Libre-Arbitre, ça vous dit quelque chose? Celui qui dit le mensonge est responsable de l’avoir dit, mais celui qui le croit est responsable de l’avoir cru. Celui qui l’exécute reste le plus à plaindre en fait de responsabilité. Pas besoin de lois ni de courts de droit pour savoir que vous n’avez pas le droit de faire du mal aux autres. Vous le faites quand même, peu importe votre rationalisation sociopathique, vous participez au crime. Grâce à la mondialisation, les résultats de nos actions, de notre participation au crime, au système, se font sentir de l’autre coté du globe. De ce fait, nous n’en savons que ce qui nous est rapporté. Tout nous ramène à nous même, à notre responsabilité personnelle. Si on veut plus d’humanité, plus de bonté et de bonne actions en ce monde, il reste deux choses à faire; comprendre que le mode d’organisation pyramidale est une arnaque (pas juste le dire, cesser d’y participer) et retrouver l’être aimant et compatissant que vous étiez avant d’être corrompu par ce système. Deux chose que seul VOUS… …POUVEZ FAIRE… La pollution de notre environnement n’a d’égale que la pollution de notre conscience, de notre réalité, par une multitude de restrictions imaginaires, fictives aussi désuètes qu’encombrantes. L’État n’existe que pour l’état, il se nourrit de vies sacrifiées au nom de l’autorité que nous lui donnons……de notre plein gré. Quelqu’un a déjà dit que le monde n’était pas dangereux à vivre à cause des gens qui font le mal, mais à cause de ceux qui les regardent et les laisses faire. Ici on peut penser en premier lieu au peuple mout ruche et en second lieu au média de propagande aligné sur le pouvoir élitiste. Même le directeur du Devoir s’est fendu d’un éditorial approuvant une attaque militaire, avec l’aval du Canada, contre la Syrie, en affirmant qu’il y avait bien eu attaque aux gaz par le gouvernement syrien. Ou bien M. Descoteaux avale la propagande sans se renseigner davantage alors qu’il en a les moyens, auquel cas il est aussi incompétent et paresseux que tant d’autres journalistes, ou bien il répercute ce que le gouvernement fédéral lui demande de publier. C’est cela, le Devoir??? Si la preuve de l’attaque au gaz faite par le régime al-Assad avait été fait, le parlement britannique aurait assurément voté OUI à la proposition du pm Cameroun. Le fait que le vote fut NON, laisse entendre que la preuve de l’utilisation des gaz par le régime syrien est inexistante. Il faut comprendre que ceux qui ont voté possède énormément plus d’informations que celles diffusées par les médias.