vendredi 18 octobre 2013

LES NOUVELLES LUBIES DU PRESIDENT BORGNE ET BORNE

LOI DE FINANCES 2014 - La vision de Macky en chiffres et en lettres Dans la Loi de finances initiale 2014 dont le projet est soumis à l’Assemblée nationale, il apparaît toutes les volontés du chef de l’Etat. Le document indique la voie que le gouvernement a choisie de prendre pour la résolution des préoccupations des Sénégalais. LOI DE FINANCES 2014 - La vision de Macky en chiffres et en lettres 0 inShare Le régime de Macky Sall trace sa voie. Et le gouvernement du Premier ministre, Aminata Touré, révèle ses ambitions et sa vision. Celles-ci sont déclinées dans le projet portant Loi des finances initiale 2014 qui sera soumis aux députés pour examen. Ce sera le premier budget préparé par les services du nouveau ministre des Finances, Amadou Bâ. A travers le document, Macky Sall dévoile sa volonté d’œuvrer pour le social, pour le renforcement des acquis démocratiques et pour la préservation de l’image du Sénégal à l’extérieur. Dans les charges du projet de budget 2014, l’option qui est prise entre en droite ligne de la rupture imprimée par le gouvernement. Il s’est agi de rationaliser les dépenses courantes et d’optimiser l’utilisation des suppléments de ressources obtenues de manière à accroître plus rapidement les dépenses d’investissement financées sur ressources internes par rapport aux dépenses courantes. D’ailleurs, les mesures de rationalisation permettront de réaliser des économies substantielles, sur les postes de dépenses du téléphone pour 11 milliards FCfa, sur les logements conventionnés pour 7 milliards FCfa, sur la compensation tarifaire sur l’électricité pour 20 milliards FCfa et sur les subventions octroyées aux agences qui bénéficient de ressources propres pour 1,080 milliard FCfa. Ces économies, projettent le document, auront leur plein effet à partir de 2014. 5 milliards aux étudiants orientés dans le privé, 19 milliards à la Sar Les crédits additionnels liés à l’accroissement des ressources budgétaires permettent la prise en charge de mesures nouvelles au titre des autres dépenses courantes. Ces mesures nouvelles sont orientées vers la prise en charge des dépenses prioritaires ayant un impact direct sur la réduction des inégalités sociales. A ce titre, une enveloppe de 5 milliards FCfa est inscrite au budget au titre de la prise en charge des étudiants de l’enseignement supérieur. Cette somme est destinée aux frais de formation des étudiants orientés dans les établissements privés. A cela s’ajoutent les crédits affectés aux nouvelles structures de l’enseignement supérieur comme les Universités et instituts pour un montant de 400 millions FCfa. Le budget 2014 consacre aussi des transferts importants en direction des ménages, avec notamment les paiements prévues en faveur de la Société africaine de raffinage (Sar) pour environ 19 milliards 400 millions FCfa au titre de soutien à l’activité de raffinage pour 12 milliards FCfa, de la subvention du gaz butane pour 4 milliards FCfa et pour le remboursement des pertes sur les importations de gaz butane de 2007 à 2012 pour 3 milliards 460 millions FCFa. 6,5 milliards pour les élections locales, les primes d’alimentation de la Police relevée La rationalisation des dépenses pour l’exercice 2014 a un impact sur le renforcement de notre démocratie. Les ressources allouées au ministère de l’Intérieur sont passées de 47 à 57 milliards FCfa, soit une hausse de près de 10 milliards FCfa. L’essentiel de cette évolution est destinée à l’organisation des élections locales de 2014. C’est une somme globale de 6 milliards 500 millions FCfa qui est dégagée pour la prise en charge des dépenses liées à ce scrutin dont un léger report de trois mois a été annoncé, la semaine dernière, par le Premier ministre, Aminata Touré. La sécurité intérieure semble aussi préoccuper le régime de Macky Sall qui a inscrit une ligne de crédit de 4 milliards 400 millions FCfa dans le budget. Une affection destinée au relèvement des primes d’intervention et d’alimentation de la Police et à la prise en charge de la sécurité de proximité. 24 milliards FCfa, le prix de la Diplomatie de Macky A la lecture du projet portant loi des Finances initiale 2014 produit par les services du ministère des Finances, il ressort que le régime du Président Sall tient à l’image du Sénégal à l’extérieur. En atteste la forte hausse du budget du ministère des Affaires étrangères. Les ressources du ministre Mankeur Ndiaye ont cru de plus de 13 milliards FCfa entre 2013 et 2014. Cette hausse est portée par les chapitres «fonctionnement» et «investissements». Il est prévu avec ces nouvelles ressources de couvrir les charges relatives aux loyers des bâtiments administratifs à l’étranger pour un montant de 9 milliards 500 millions FCfa. Une autre ligne de crédits de l’ordre de 15 milliards 500 millions FCfa est inscrite au budget du ministère pour la prise en charge des frais d’actes et de contentieux. Relèvement de l’allocation journalière des détenus Les syndicats du secteur de la santé peuvent croiser les doigts et attendre tranquillement la satisfaction d’une vieille doléance. Le gouvernement semble même faire mieux en renforçant les crédits destinés aux primes de motivation des agents de la Santé pour 1 milliard FCfa. Le caractère social du budget 2014 n’épargne même les pensionnaires des Maisons d’arrêt et de correction (Mac). L’allocation journalière des détenus a été relevée. L’enveloppe alors prévue à cet effet a connu une augmentation de 334 millions FCfa. Ce qui explique, entre autres, la hausse du budget du ministère de la Justice qui est porté à 30 milliards 900 millions FCfa.