vendredi 9 décembre 2011

LA PRESSE AU SENEGAL

Entre informer juste et vraie et informer pour desinformer il y a un grand paradoxe ,actuellement le paysage mediatique du senegal est riche de beaucoup de publications.Il y a une proliferation de journaux , de la presse ecrite ,aux medias televisuelles et des medias en ligne sur le Web qui sont entrain de devenir des sites de poubelles et d espaces de denigrements virtuels . Avant il y avait une certaine deontologie journalistique ,etre journaliste etait un sacerdoce ,une mission car informer juste et vraie avait un sens , c etait pas un moyen d extorsion et de retention d information , La presse est devenue un creuset de deballages et de maitres-chanteurs ,le metier de journaliste n est plus l apanage des professionnels , c est un secteur investi par monsieur tout le monde ,il faut seulement avoir un micro et une camera ,un portable pour se transformer en journaliste en herbe , il n y a plus d investigations ni de recoupements d informations pour la veracite des faits avant la publication des articles du fait de la concurrence malsaine dans ce milieu de requins toujours assoiffes de scandales ,gangrene par la corruption galopante et insidieuse qui a foi de loi. C est un secteur a assainir et a polir car elle est tres sensible , l information etant une sorte de balance de la societe ,un regulateur social,un barometre de la vie politique et culturelle des societes humaines , Car qui detient l information detient le monde , un code de la presse devrait etre de rigueur pour palier aux impairs qui vouent aux jounalistes d etre traines en justice , pour calomnies , injures , offenses ,allegations seditieuses et tandencieuses .
La plume est reine et l encre est d or donc indelibile . La presse-people s est invitee dans le secteur ,chaque jour avec son lot de scandales .la vie privee des gens est etalee a la une des journaux de caniveaux et de bas etages adeptes de scandales et sensations fortes , les magazines et autres quotidiens remuent les immondices et le passe des gens rien que pour vendres leurs torchons qui ne sont bons qu a emballer leurs merdes, ces jounaleux ,ces fouilles merdes sortis d instituts ou d ecole de pseudos journalistes, font honte et sacrilege a cette noble profession qui n a plus et a perdu ces lettres de noblesses.
Chaque jour est un lot quotidien d informations difficiles a verifier et difficile a croire car ils n apportent aucunes preuves a ce qu ils disent ,il y a  une sorte d auto-censure organisee au niveau des redactions de peur d etre boycottee par les annonceurs ,les plages publicitaires prenent le dessus sur l information, les journaux sont devenus des diffuseurs de publicites et pages necrologiques ,aucun element serieux n est a retenir de ce landerneau ou le train-train habituel c est  d ecrire des contres- verite et d inciter les gens a se rebeller et hair leurs cocitoyens .
Avec cette profusion et cette proliferations de supports d informations la question essentielle est qui coire car entre les lignes des editorialistes ,on peut voir et souligner de quels bords politiques ou ideologiques sont les actionnaires du journal ou du media c est tellement dangereux que cela peut mener a des derives et a des chasses a l homme , on en a vu il y a pas longtemps la ou peut mener ces informations tendancieuses , c est viole ,les lois qui regissent une republique que de donner de fausses information sujettes a caution.
A deux mois des elections presidentielles , cette corporation devrait faire ces etats generaux ,triee et debusquee ces brebis galeuses car on est a un tournant essentiel de notre democratie ,seule la verite de l informat ion peut nous aider a depassionner les debats pour un avenir de paix et de prosperite ,nous n avons pas besoin d une Cote-d Ivoire bis c est notre diversite qui fait la force du peuple senegalais c est une exception magnifiee partout au monde ,ne la gachons pas a cause de considerations bassement venales .
Actuellement les journalistes pensent ou se voient comme des opposants ou des contres-pouvoir ,voulant coute que coute etre des sentinelles ou des infiltres dans les spheres de la societes devenant meme des objecteurs de consciences ou des aiguilleurs de pensee , chers journalistes astreingnez- vous de l ascetisme morale avant que vous ne deveniez aphones .