jeudi 19 septembre 2013

SILENCE ON TOURNE / L INVESTITURE D IBK / UNE MASCARADE

La fête après le chaos au Mali Si tout se passe comme prévu, la journée sera belle pour François Hollande. Il participera, en effet, à Bamako, la capitale malienne, à la célébration populaire de l'élection du nouveau président Ibrahim Boubacar Keïta. Élu triomphalement le 11 août dernier avec 80 % des suffrages, « IBK » a déjà pris officiellement ses fonctions, depuis le 4 septembre. Aujourd'hui sera donc la journée des réjouissances populaires, avec la présence annoncée de 26 chefs d'État et de gouvernement essentiellement africains. Plusieurs ministres français seront du voyage, dont Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian.Les délégations étrangères vont trouver sur place un pays stabilisé, des institutions installées et des politiciens apaisés. Qui aurait pu le prédire au début de cette année, quand régnait le chaos ? Force est de reconnaître que bien des observateurs ne croyaient pas à la possibilité de remettre aussi rapidement en état de marche apparente un État malien abattu.Après la sécession du nord du pays lancée début 2012 par des djihadistes associés à des Touareg indépendantistes, après un coup d'État fomenté par des officiers félons emmenés par le capitaine Amadou Sanogo, le Mali s'est trouvé, début janvier 2013, face à une menace encore plus grave. Les djihadistes, venus du Nord, se trouvaient en effet tout près de prendre la route de Bamako, et le pouvoir par la même occasion, alors que l'armée nationale était incapable de leur résister. Une chance à saisir pour le Mali Ce que les Maliens ne surent pas faire eux-mêmes, c'est la France qui s'en chargea. En quelques heures, les armées françaises stoppèrent l'offensive djihadiste, avant de reprendre, une à une, les villes que les islamistes avaient conquises en martyrisant la population et en instaurant une charia implacable.Aujourd'hui, l'État malien survit grâce aux milliards injectés par la communauté internationale, aux 8.500 soldats étrangers (dont encore 3.500 Français) qui le protègent.Malgré ses fléaux endémiques, dont une corruption ravageuse, le Mali possède encore quelques chances de s'en sortir. Ce sera difficile, même s'il a déjà gagné l'impossible défi de se doter démocratiquement d'un président expérimenté, puisqu'il a déjà tenu de nombreux postes gouvernementaux. Il est de surcroît francophile, ce qui ne gâtera rien pour François Hollande. Gageons qu'il ne boudera pas son plaisir ! "Les délégations étrangères vont trouver sur place un pays stabilisé, des institutions installées et des politiciens apaisés". Il faut oser ! Alors pourquoi solliciter en urgence le RIMA de Vannes en attendant que les troupes africaines soient enfin opérationnelles et que les 12 000 casques bleus arrivent peu à peu dans un déploiement gigantesque qui est une "première" à ce niveau de mobilisation de forces armées dans un pays qui serait donc l'exemple de la quiétude... Pour le reste, la "fiesta" qui est organisée est une pure opération de com. "Serval" est une expédition funeste qui a essaimé le djihadisme dans tout le subi-Sahel, n'a pas permis de délivrer nos otages et constitue le pendant de l'opération Harmattan en Libye, la victoire finale de l'islamisme. L'Occident, France en tête a offert, avec ces opérations, de formidables marchepieds à l'expansion de l'islamisme et son cortège de malfaisances terroristes dans toute l'Afrique.du Maghreb et du sub-Sahel. LE JEUDI A BAMAKO C'EST LE JOUR DE MAQUILLAGE Hollande se rend au Mali pour l'investiture de Keïta et pour fêter la "réussite" de l'opération Serval qui livre ce pays aux requins, aux loups et aux chacals... Mais là aussi où c'est l'armée française qui commande et les intérêts des groupes français qui tiennent les bons de commande monsieur mou doit méditer cette sagesse d'un dirigeant africain: " On peut mentir à tout un peuple un certain temps, on peut mentir à une partie du peuple tout le temps mais on ne peut jamais mentir à tout le peuple et tout le temps"... La " victoire" du Mali ne va pas effacer l'humiliation dans le dossier de la SYRIE... Un président pieds et mains liés par les lobbies de la guerre en France, "socialiste" soit-il, peut faire semblant mais ne peut pas compter parmi les Hommes libres, les Hommes qui comptent et encore moins parmi les libérateurs... Tiens,tiens le "démocrate" Mohammed VI l'autre ami de Hollande est là... Celui qui interdit aux journalistes marocains de faire leur métier en toute liberté... Ajouté le 19 septembre 2013 à 08h59 - Signaler un abus hben Hollande "le libérateur" néocolonial au Mali... Hollande se rend au Mali pour l'investiture de Keïta et pour fêter la réussite de l'opération Serval qui livre ce pays aux requins, aux loups et aux chacals... Mais là aussi où c'est l'armée française qui commande et les intérêts des groupes français qui tiennent les bons de commande monsieur mou doit méditer cette sagesse d'un dirigeant africain: " On peut mentir à tout un peuple un certain temps, on peut mentir à une partie du peuple tout le temps mais on ne peut jamais mentir à tout le peuple et tout le temps"... La " victoire" du Mali ne va pas effacer l'humiliation dans le dossier de la SYRIE... Un président pieds et mains liés par les lobbies de la guerre en France, "socialiste" soit-il peut faire semblant mais ne peut pas compter parmi les Hommes libres et encore moins parmi les libérateurs...