lundi 21 octobre 2013

LA TERRE ET LES PSEUDO-MARABOUTS DE NOM

Une République deux types de citoyens Qu’est-ce qui reste au Peuple sénégalais ? (Par Ousmane DRAME) Abdoulaye Wade (maître corrupteur) prenait non seulement des mallettes d’argent qu’il bradait, mais aussi des terres du Peuple sénégalais pour récompenser des marabouts dont il pense que c’est grâce à leurs bénédictions qu’il a accédé à la tête de la République. Qu’il fallait, quelques jours après son élection, signer un décret à sa guise pour le déclassement des forêts classées de Pout et de Thiès à l’intention de satisfaire quelques familles de marabouts. Pour lui, c’est un signe de reconnaissance pour les remercier de «leurs prières» grâce auxquelles il a été élu dès le 1er tour et de les préparer pour les présidentielles suivantes. Où heureusement, il fut battu par le Peuple sénégalais. Cet homme est scandaleux ; Il ne tenait jamais compte de l’Assemblée nationale ou encore moins ne respectait pas l’intelligence du Peuple sénégalais pour manifester sa folie de grandeur et ses dérives politiciennes ; c’est malheureux pour un Peuple qui méritait mieux. Et voilà la plaie saignante de ce terrible scenario ! Des hectares de forêts classées appartenant au Peuple sénégalais ont été déclassés arbitrairement et injustement par Abdoulaye Wade sans tenir compte des intérêts de la République et du Peuple Sénégalais. Wade offre 9 000 ha de terre de forêt classée à des familles religieuses et une bonne partie de ces terres affectées à un Nigérian du nom de Dangote, promettant de monter une usine de ciment sur les lieux. Les Sénégalais ne comprennent plus rien et plusieurs parmi nous se posent la question si vraiment, nous vivons dans une République ou nous sommes prêts pour une refondation nationale. Le Sénégalais est un citoyen qui doit payer ses impôts, un talibé qui doit des Adiya à son marabout et un musulman obligé à sortir le zakat ; 3 formes de taxes annuelles imposées à un homme qui est à la recherche de sa survie. Un frère mouride nous enseigne cette brillante figure de l’islam, Serigne Touba ne cessa de donner à ses disciples des conseils de morale, d’éthique sociale et de les encourager à maîtriser la science, pour donner un sens à la vie humaine. En d’autres termes, il voulait faire des Mouride des «croyants utiles», des producteurs, des hommes de religion et d’action. A côté de l’enseignement religieux, Cheikh Ahmadou Bamba voulait donner à ses adeptes le sens de l’action. Pour lui, les jeunes devaient s’instruire, afin d’agir dans la voie de Dieu, en prenant exemple sur le Prophète Mohammed (Psl) pour transcender le tumulte des mutations et des péripéties du monde. A l’ère du dialogue universel des cultures, nous devons restituer à notre histoire toutes les valeurs du passé qui sont encore vivantes en nous, en vue de les insérer dans le projet de civilisation moderne que nous voulons construire pour le Sénégal de demain. Puissent la pensée et l’œuvre de Cheikh Ahmadou Bamba notre seul espoir, inspirer le Sénégal sur l’itinéraire de son combat pour un développement intégral dans la paix et la dignité, la solidarité nationale et la fraternité universelle. Jajeef Serigne Touba. Je suis un talibé qui réfléchit, conscient de ma religion, un fidèle de Serigne Touba et je resterai mouride le reste de ma vie. Le Sénégalais n’aime pas la vérité. De par le «Maslaah», il compte régler ses différences ou nourrir ses erreurs. Octroyer une portion de terre illégalement, ce n’est pas respecter la République et les Sénégalais, surtout au moment où une bonne partie des populations survit péniblement sous les inondations. Ces terres sont invendables malheureusement. L’argent encaissé devrait être retourné au Peuple sénégalais qui depuis souffre de l’injustice des politiciens. «La définition d’une forêt classée : Les forêts de protection sont des forêts placées sous un régime spécial dénommé “régime forestier spécial” qui concerne les forêts reconnues nécessaires au maintien des terres en montagne et sur les pentes, à la défense contre les avalanches, les érosions et les envahissements des eaux et des sables. Sont également concernées les forêts situées à la périphérie des grandes agglomérations ou celles dont le maintien s’impose pour des raisons écologiques ou pour le bien-être de la population.» 9 000 hectares de la forêt classée de Pout et Thiès ; le décret de déclassement a été signé par le président de la République, Me Abdoulaye Wade lui seul, sans aucune question à l’Assemblée nationale ou au moins respecter la République et les Sénégalais. Maître Wade devrait être entendu par un Tribunal populaire, il a noyé le pays dans une marée de dangers. Cet homme est loin d’être intelligent. Malheureusement, il arrive de par sa ruse à travestir l’intelligence de dignes hommes pour les balancer dans des futilités, des querelles de famille et des dérives. Les soi-disant héritiers de ces terres ont bien raison de poursuivre le dossier pour des éclaircissements aux familles et surtout au Peuple sénégalais, victime de ce scandale. Il est temps pour une révolution des mentalités. Nous sommes tous des Sénégalais vivant dans une même République, nous devons éviter les erreurs du passé et dans l’unité, construire un meilleur Sénégal par le modèle de la bonne gouvernance et la transparence. Le Sénégal a de très maigres ressources, un pays depuis un demi-siècle dans la liste des Nations unis regroupant 16 pays des plus pauvres et des plus endettés du monde ; vraiment ! Affecter 160 hectares soit 160 mille mètres carrés dans une zone même déclassée à une seule personne n’est pas juste ni républicain. Le Président Macky Sall, malgré son passé regrettable avec maître Wade, a été choisi par les Sénégalais pour diriger le pays. Le changement idéologique, politique, spirituel ou social est naturel chez les hommes ; un chrétien peut librement devenir musulman à la prochaine minute et son passé à l’oubli. Le Président Macky Sall est libre de révolutionner sa mentalité pour le renouvellement de sa conscience et surtout pour définir une politique de transparence et de bonne gouvernance. Il a aussi le droit de revoir toutes ses erreurs commisses durant le règne du monarque Wade et les corriger. Je lui dirai bravo pour son courage de vouloir instaurer un Etat de droit par la bonne gouvernance et la transparence. Prêt pour la révolution des mentalités Prêt pour la refondation nationale. Prêt pour l’unité fédérale et révolutionnaire des Etats d’Afrique. Ousmane DRAME NYC USA waaxdeeg@hotmail.com Lundi 21 Octobre 2013 Moussa Keita