jeudi 24 octobre 2013

LE MONOPOLE DE TUER SANS COUP FÉRIR / LES POLICIERS SONT DES ASSASINS

UNE JUSTICE A DEUX VITESSES: DANS QUELLE GALERE SOMMES NOUS EMBARQUES? Décès d'Ibrahima Samb à Mbacké : Le certificat de genre de mort enfonce les quatre policiers Le jeune apprenti chauffeur mort à Mbacké a été enterré hier. Le certificat de genre de mort a donné raison au père du défunt qui n'a cessé d'accuser la police d'être à l'origine de la mort de son enfant. Ibrahima Samb a bel et bien été torturé par la police. Selon les résultats de l'autopsie établie par le médecin expert de l'hôpital de Grand Yoff et publiée par L'Observateur, le décès est dû à un mécanisme d'hypoxémie-hypercanie en atmosphère confinée ayant entraîné une détresse respiratoire et des troubles sanguins avec hémorragies pétéchiales poly-viscérales et tâches hémorragiques pulmonaires de Tardien; le tout dans un contexte de coups et blessures par objet contondant, avec hématomes multiples des membres inférieurs, autour du hile du rein droit, de la plèvre pariétale gauche et du cuir chevelu temporel". Ceci est le rapport du medecin legiste qui a ete poli ,lifte pour etre consommable par et pour le citoyen senegalais singulier . Je ne peux ecrire sans pour autant decliner mes sinceres condoleances au vieux MODOU SAMB pere de la victime qui etait son aine age de dix huit ans pati a la fleur de l age par l atrocite et la barbarie de ceux qui sont senses le protege contre l injustice . Mais helas le monde s effondre au senegal.les policier repriment et tuent comme des betes sans coup ferir c est la loi du plus fort .la loi de la jungle . Ibrahima Samb la victime que Dieu le tres puissant l acceuille dans son paradis , ayant tres tot compris la situation familiale a laquelle vivait son pere avait decide apres concertation avec c dernier il y a deux mois de quitter son metier d apprenti- boulanger pour etre apprenti-chauffeur tout en esperant assister et aider son pere pour le soulager un peu du fardeaux des charges familliales qui croulent sur les epaules de ce dernier qui malgre son age et son travail a DAKAR comme forgeron -fondeur de marmites d autres objets de cuisines se demene pour subvenir aux besoins de sa noöbreuse famille. Un jeune homme pleine d abnegation et bonne volonte ceuilli a froid par quatre policier alors qu il etait entrain de faire du the avec des amis de a Touba Darou Salam precisement au quartier NDAM; attendant l heure du concert ce jour de fete apres tabaski pour y aller ett se divertir un peu tout esperant des lendemains meilleurs . C est sur ces faits que quatre policiers parmi lesquels le triste Sire THIENDELLA NDIAYE mute a Mbacke apres sa mise en examen et inculpation suite au meurtre de l eleve etudiant le regrette BALLA GAYE en 2001 a l universite de DAKAR. Surpris et arrete alors que le reste de la bande d ami s etait dispersee dans les ruelles de Mbacke , il est ceuilli , tabasse jete et enferme dans une malle-arriere de voiture comme un mal.propre comme un animal et conduit a la brigade de police et la il recoit untraitement inhumain mtorture sur torture jusqu a ce que mort s ensuive. Pendant trois jours les policiers garde le silence car quand apres leurs crimes ils le conduisent a l hopital du coin le medecin refuse de le prendre car apres consultation, il constate que c est un homme mort,un cadavre , un pauvre gosse qu ils lui ont amene ,ne voulant pas engage sa responsabilite ,il les econduit avec courtoisie . Les parents de la victime restes trois jours sans voir l ombre de leur enfantmoptimiste a souhait car pensant qu avec la pariode des fetes Ibrahima descendait tardivement et reprenait son travail tres tot le matin sans arrieres-pensees , mais apres recoupement la grande faucheuse etait passee par la sous les traits de quatres policiers indignes de leurs professions de veritables criminelles qui font honte ala profession ,des loups ,des brebis galeuses dans ce corps charge de la protection de tous les citozens quelque soit le crime commis c est pas a eux de faire justice ,ils devaient etre es defenseurs de l opprime pas des bourreaux .le monopole de la force n est pas un droit de tuer en toute impunite .en plus ceux sont des laches un gamin sans defense et de surcroit ils n ont pas ose declare leurs mefaits esperant l aide providentiel d une amnestie generale de la famille de la victime. A la morgue le pere a trouve son enfant presque nu en short ses vetements de ftes disparus mla vision d horreur qu il a vu lui a fait perdre sa contenance a un peu vacille sa foi si grande en DIEU car malgre la foi qui nous anime , nous consumme et nous consomme de l interieur certains visions d ignominies nous poussent a reagir et a crier justice car aucun etre humain ne merite un tel traitement surtout venant de la part d autres etres humains mais comme le disait le sage l homme est le bourreau de l homme. C est le dimanche apres des jours de recherche que pere Modou retrouve son fils aine mort a la morgue ,la nouvelle de sa mort se repand comme une trainee de poudre ,le lundi les jeunes de mbacke sortent et sacagent l agence de la senelec et la mairie,les manifestants flambent tout sur leurs passages et erigent des barrieres de pneux et ils y mettent le feu en represaille ,les policiers se barricadent ,la ville est sans dessus-dessous ,les renforts venus de la legion arrivent a les calmer apres des echanges de gaz lacrimogenes pour calmer les ardeurs des presques emeutiers qui luttent contre l arbitraire et l impunite qui commencent a s installer dans ce pays depuis des annees du fait de la justice a deux vitesses qui a cours dans cette republique ,la seule sanction contre ces genres de faits c est la mutatiom ,il n y a aucune condamnations ,ni radiations et les bavures policieres s amplifient de plus belles alors que l actualite c est le meurtre du jeune SAMB ,on detoune l opinion public en nous parlant de l arrestation de la bande des scooters; des detrousseurs,des voleurs et non des meurtriers et passant aussi sous silence la recrudescence des agressions sanglantes qui se terminent par mort-d homme toujours ces derniers temps , UN HOMME EST RETROUVE EGORGE LE LENDEMAIN DE LA TABASKI LE OU LES MEURTRIER COURENT TOUJOURS ; QUE DIEU NOUS PRESERVENT ET NOUS PROTEGE: IBRAHIMA A ETE ENTERRE HIER A 2 H DEVANT UNE FOULE NOMBREUSE QUE DIEU L ACCEUILLE DANS SON PARADIS AMEN A CET INSTANT QUELLE SERA LA SITUATION DES POLICIERS ARRETES COUPABLES DU MEURTRE DE JEUNE IBRAHIMA SAMB ? SENEGAL-JUSTICE DEVELOPPEMENT DE L AFFAIRE A SUIVRE Meutre du jeune Ibrahima Samb à Mbacké: les policiers inculpés et placés sous mandat de dépôt 2013-11-18 17:51:09 GMT Diourbel, 18 nov (APS) - Le doyen des juges d’instruction du tribunal régional de Diourbel (Centre) a inculpé et placé sous mandat de dépôt les quatre policiers de la brigade de recherche de Mbacké, qui sont cités dans l’affaire du meurtre du jeune apprenti-chauffeur Ibrahima Samb, mort le 18 octobre dernier, lors d’une opération de sécurisation menée par les mis en cause. Poursuivis pour les chefs d’inculpation de "meurtre avec barbarie et actes de torture", les mis en cause ont été présentés lundi au procureur de la République, qui a aussitôt transmis le dossier au juge. Arrivés au tribunal à 9h30mn, ils ont été dans le bureau du juge de 12 heures à 12h35, avant d’être formellement inculpés. Une information judiciaire a été ouverte, et les policiers envoyés à la maison d’arrêt de correction (MAC) de Diourbel, sous escorte d’éléments de la Division des investigations criminelles (DIC). Les policiers Wali Almamy Touré, Mame Kor Ndong, Ousmane Ndao et Thiendella Ndiaye étaient arrêtés depuis le 21 octobre et placés en garde à vue au camp Abdou Diassé, à Dakar.